Subscribe in a reader

Pages vues depuis décembre 2009

samedi 15 janvier 2011

Tunisie : Il faut des délégués révocables (1/25) des conseils de quartiers, des milices d'auto-défense, un travail psychologique vers les forces de répression

Je réponds sur rue89 à un commentaire constitutionnaliste

Ce point de détail constitutionnaliste est vrai.
MAIS
L'important c'est de regarder derrière le rideau des fumigènes juridiques, - juridistes -.
On a une situation qui ressemble à celle de la fin février (début mars 1917)
Quand le PRINCE LVOV tente de former un gouvernement SANS le tsar.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Gueorgui_Lvov
==
Après la première révolution russe et l’abdication du tsar Nicolas II à laquelle il a contribué, Lvov devient chef du gouvernement provisoire russe. Incapable de rassembler suffisamment d’appui, il démissionne en juillet 1917 en faveur de son ministre de la justice, Alexandre Kerenski. Lvov est arrêté lors de la prise de pouvoir par les Bolcheviks. Il s’échappe et s’établit à Paris où il passe le reste de sa vie. Il est enterré au cimetière russe de Sainte-Geneviève-des-Bois.
==

La vieille classe exploiteuse (ici la bourgeoisie colonialiste alliée avec la formoisie compradore socialiste devenue mafia Trabelsi-Ben Ali ) tente de rester sur le cheval.
La vieille noblesse renversée avait l'un des siens maintentu un place par une alliance entre la bourgeoisie du parti KD de Miloukov et la classe des diplomés (des campagnes avec les SR et Kerenski et des villes avec les menchéviks")
En Tunisie, la peur que la nouvelle bourgeoisie innovante et les diplômés arrivistes de voir les pauvres et les vrais innovants non corrompus réclamer

500 DINARS par mois pour tous les Tunisiens de plus de 14 ans ! Et 250 dinars par enfant ! Aujourd'hui !!!  A bas Ben Ali, le socialo-fasciste ! 1000 euros demain pour tous les Terriens (2000 dinars pour tous les Tunisiens)

... va les inciter à se concilier les SOPHIE de MENTON et autres esclavagistes du tourisme (à 200 euros la semaine ou pour pillards de luxe).
La clé va être deux choses :
1° La vitesse à laquelle l'auto-organisation populaire va peser sur le futur gouvernement provisoire.
(la vitesse de la construction de la DELEGATION GENERALE REVOCABLE)
2° La vitesse à laquelle le peuple va DISLOQUER LES FORCES REPRESSIVES par un TRAVAIL PSYCHOLOGIQUE géant.
Ce travail va de pair avec le construction de milices de quartiers (contrôlées par les conseils de délégués révocables) des milices d'auto-défense CONTRE LES AGRESSIONS SOCIALO-FASCISTES DES MILICES BEN ALI, des milices RCD.
Il y a urgence à disloquer les forces de répression étatiques. Sinon, il va y avoir fusion de celles ci avec les forces fascistes du RCD.
Et l'on va sombrer dans un terrorisme para-étatique à l'Argentine.

L'élan pris par le peuple réduit ce risque et le freine, mais l'absence d'un PARTI REVOLISATIONNAIRE LIBERAL EGALITARISTE en Tunisie prive le peuple des outils conceptuels et programmatiques pour déjouer les manoeuvres de otus les vieux partis qui vont revenir vendre leur quincaillerie formoise et pseudo-libérale bourgeoise.




*une petite simplification : les SR étaient aussi - partiellement - les représentants de la bourgeoisie des campagnes. Ils avaient été les terroristes avant la révolution.


CE COMMENTAIRE REPONDAIT A


Portrait de rrrobotom
Echec et Mat | 11H51 | 15/01/2011 | Permalien
Je ne vois pas pourquoi on ne parle pas à rue 89 que c'est l'article 57 qui a prévalu enfin de compte. Ce n'est donc pas le 1er ministre qui devrait être au pouvoir. L'article 56 applicable dans le cas d'impossibilité momentanée à exercer la présidence et sur lequel s'était basé le 1er ministre pour remplacer ce lâche de ben ali n'était pas à sa place. Car l'ex président avait quitté le pays voire fuit le pays ce qui implique une démission sauvage, alors c'est l'article 57 qui prévaut. Donc c'est le président du parlement qui devient président momentanée sur une durée de 4 à 6 mois au max. Et c'est qui est arrivé ce matin. Le peuple n'a rien lâché sur ses droits. VIVE LA TUNISIE LIBRE.

sous l'article

Live blogging

Révolution de jasmin : Ben Ali a quitté le pouvoir et la Tunisie


Foued Mebazaa, président du Parlement, assure l'intérim. Non grata en France, Ben Ali est en fuite en Arabie Saoudite. Live blogging


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire