Subscribe in a reader

Pages vues depuis décembre 2009

lundi 7 avril 2014

Rwanda: "Fans de la crapule" Mitterrand général en chef du génocide et ses thuriféraires Barbara et Renaud


par Yanick Toutain
REVACTU
7/4/2014

Ni l'auteur de cette chanson "Fans de la Crapule" ni personne -sauf les victimes elles-mêmes dont les survivants témoignent maintenant - ne connaissaient la participation directe de l'armée française aux massacres génocidaires quand cette chanson a été écrite.
Le suicide - crime déguisé - de Grossouvre était une des preuves que les véritables dirigeants du génocide étaient Mitterrand, la DGSE et les pourris de l'armée française : un laboratoire pour perpétuer l'esclavage des Africains payés 1/20 du SMIC de France...
Les juges voyous de France sont plus occupés à fabriquer des faux en écritures contre l'auteur de ce blog qu'à enquêter sur les coupables de génocideS (dont le génocide sanitaire qui tue 3 millions de bébés par an (INED 2005) en Afrique sous la botte française) et de crimes contre l'Humanité en Afrique. Ou à enquêter sur les 10 meurtres de policiers ivoiriens du 16 décembre 2010 dont l'ONUCI Jean-Marie Bourry est le CO-AUTEUR avec les gansters Soro et Ouattara


Paul Kagamé devrait exiger l'arrestation préalable de TOUS LES COUPABLES FRANCAIS du Génocide du Rwanda.
La révolution française 2014, (révolution anti-esclavagiste pour instaurer le SMICenAfrique) prend l'engagement de TOUS les extrader au Nuremberg de l'Afrique


http://monsyte.site.voila.fr/de/ARTS/Musique/Chansons/africaunite/12_Fans_de_la_crapule.htm
Et tous les fans de la crapule
Qui défilaient vers le tombeau
Les Barbara et les Renaud
Tous ces poètes qui manipulent
Les rêves bleus d'un peuple absent
Dans ses vies faites de renoncements


Et tous les fans du criminel,

Digne successeur d'un général,
Pour qui le génocide banal
N'était peut être pas mortel
Pour qui les Africains vivants
Allaient rester quand lui absent


 
Et tous les fans de la crapule

Qui justifiaient l'aveuglement
Qui le protégeaient simplement
De nos colères par une bulle
De poésie et de musique
Pendant qu'il détruisait l'Afrique


Et tous les fans du Mitterrand

De ce tonton pour l'Amérique
Pour ce valet de tous trafics
Pour ce vichyste qui nous ment
Qui passa sa vie à tricher
A bluffer, eux à l'encenser.


Yanick Toutain


COMPLEMENT
Site web officiel du livre : Rwanda, 13 mai 1994. Un massacre français ?

Un massacre de 40 000 civils en un jour

« Le degré d’implication des autorités civiles et militaires françaises dans le soutien au Gouvernement intérimaire rwandais pendant qu’il procédait au génocide, est controversé.
Divers travaux révèlent – entre autres méfaits – que, sur le terrain, dans le cadre des opérations ‘‘Amaryllis’’ (du 8 au 14 avril 1994) et ‘‘Turquoise’’ (du 22 juin au 22 août 1994), des militaires, agissant conformément aux ordres reçus, ont abandonné, sinon livré, des civils à leurs assassins dont ils avaient auparavant formé les cadres. Par ailleurs, une dizaine de procédures introduites par des victimes de viols et de sévices graves qu’auraient commis ces soldats, sont actuellement pendantes devant le Tribunal aux armées de Paris. Toutefois, jamais encore on n’avait sérieusement prétendu, encore moins démontré, que des commandos de l’Armée française avaient directement participé à certains massacres. C’est chose faite aujourd’hui. »
« Le présent ouvrage expose les multiples aspects d’une enquête menée en deux temps, d’abord fin avril 2009, puis en février 2010, dans la région de Kibuye et les collines de Bisesero. »
Le 13 mai 1994, « plusieurs dizaines de milliers de Tutsi furent massacrés. La chose est de notoriété publique. En revanche, jusqu’à présent, il n’avait pas été question d’une présence, encore moins d’une participation française à ces horreurs. C’est pourtant ce qui résulte de l’enquête menée par Serge Farnel. D’après les témoignages qu’il a pu recueillir, la participation des militaires (...) aurait été déterminante : puissamment armés, passant de colline en colline, ils auraient mitraillé, pilonné, les Tutsi encerclés par la multitude des génocidaires locaux qui, ensuite, achevaient les blessés à coups de gourdins et de machettes. » (Géraud de la Pradelle) [1]
Serge Farnel est journaliste et écrivain. Spécialiste du dossier franco-rwandais, il a travaillé pour l’agence de presse rwandaise RNA (Rwanda News Agency).

Le livre est disponible en librairies, mais aussi en ligne sur le site de l’éditeur aviso.lu ou bien encore sur celui de la librairie Lady Long Solo
  • facebook
  • linkedin
  • tumblr
  • twitter

Notes

[1] _ Professeur émérite de l’Université de Paris-X Nanterre
Auteur de Imprescriptible. L’implication française dans le génocide tutsi portée devant les tribunaux, Arènes, 2005.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire