Subscribe in a reader

Pages vues depuis décembre 2009

lundi 27 mars 2017

Guyane : Désigner des délégués sécurité révocables au lieu de ces milices cagoulées machistes « 500 frères » irresponsables et anonymes



par Yanick Toutain
27/3/2017
REVACTU

ECRIT EN 2009 sur la MOBILISATION en GUADELOUPE

Quand les révolutions arrivent les classes exploiteuses secondaires ramènent le bout de leur museau de profiteurs.
La classe formoise des privilégiés salariés est capable de monter sur le cheval de la révolution, mais aussi, préventivement de faire des simulacres de rebellion. En Guadeloupe, les réformistes coalisés ont bâillonné la voix véritable de la population : absence totale de démocratie populaire , c' est un cartel de manipulateurs qui empêche l'élection de délégués révocables à tout moment.
On retrouve la ligne de la LCR-NPA : saboter les coordinations, empêcher le contrôle des délégués par la base
(cf en complément de l'article).





Quand les 271 365 habitants de Guyane vont-ils désigner leurs 9140 délégué(e)s de base (dont 1828 délégué(e)s sécurité) ?
Quand les 271 365  habitants de Guyane vont-ils désigner leurs 365 délégué(e)s conseillers (dont 58 délégué(e)s conseillers sécurité) ?
Quand les 271 365  habitants de Guyane vont-ils désigner leurs 14 délégué(e)s député(e)s (dont 2 délégué(e)s député(e)s sécurité) ?

EN GUYANE, IL FAUT DESIGNER 912 DÉLÉGUÉES SÉCURITÉ ET 912 DÉLÉGUÉS SÉCURITÉ DE 7 A 117 ANS

Les formoisies1 et leurs agents spoliatés2 infiltrés chez les Pauvres3 transforment toujours les revendications progressistes en passerelles vers le fascisme.

« 500 FRÈRES » ??

 PAS DE FEMMES DÉLÉGUÉ(E)S SÉCURITÉ ???

Les Doriot4 et les Déat5 prolifèrent à l’extrême-gauche et dans les mobilisations pseudo-anti-impérialistes6.
Les 500 frères (qui ne sont donc pas 500 sœurs ni 500 frères et sœurs) se déguisent en fascistes anonymes et cagoulés style GIGN7 pour aller établir des barrages dans les rues de Guyane.
Comme si des barrages étaient autre chose que des pétitions adressée au « roi colonial » de l’Elysée !!!

Comme si les femmes n’avaient pas vocation à être désignées 50 % des délégué(e)s sécurité.
Le machisme est toujours la caractéristique des antichambres du fascisme.

AUCUN DÉLÉGUÉ SÉCURITÉ SANS SON QUOTA DE DÉLÉGATEURS-DÉLÉGATRICES

Au lieu d’appeler les Guyanais à préparer la sécession de la Guyane et à rallier le continent sud-Awéricain8, les « élites » formoises infiltrées chez les pauvres détournent le véritable combat anti-capitaliste en création de prétendues « milices citoyennes » n’ayant de compte à rendre à aucun comité de délégués révocables.

14 DÉLÉGUÉ(E)S DEPUTES POUR DIRIGER LA GUYANE EN SECESSION

271 365 habitants (et non pas 244 000 total de 2013), c’est l’équivalent d’un tout petit département en France.
C’est le dixième d’une région de 2 millions d’habitants.
C’est minuscule.
La Guyane sera, à terme, intégrée dans une région d’un Faso (sous-Etat) du continent Sud-Awéricain.
On y compte 166 902 adultes en Guyane (62%). 19 552 juniors de 14 à 17 ans (7%) et 42 057 pionniers de 7 à 13 ans (15%).
Les enfants de moins de 7 ans sont 42 854 (15,6%)
Pour comparer avec la France +de 18 ans 77,76% 14-17 ans 5,01% 7-13 ans 8,77% et moins de 7 ans 8,46%
C’est donc un comité de zone de 14 délégué(e)s député(e)s qui devrait être mis en place
Dont évidemment la moitié de femmes.

DES DELEGUES REVOCABLES A TOUT MOMENT

Chaque délégué député devrait présenter sa liste de 15625 délégateurs-délégatrices.
Des délégateurs NON ANONYMES désignant des DD non anonymes.
Les cagoules sont bonnes pour les fascistes du GIGN9 au service de la Franceàfric.

DEUX DÉLÉGUÉ(E)S DEPUTE(E)S SECURITE

Parmi ces délégués députés, ils seront donc 2 à être les délégués députés sécurité.
Avec de préférence un homme et une femme.

Chaque délégué député sécurité a un socle de 15625 délégateurs qu’ils représentent.
15625 délégateurs groupés en 625 conseils de base.
Ce sont donc 625 délégué(e)s de base qui contrôlent ces deux délégués députés sécurité.
625 délégué(e)s de base parmi lesquels 1 sur 5 sont eux-mêmes des délégués sécurité (125 délégués sécurité sont membre de la pyramide désignant un délégué député)
Pour chacun de ces deux délégué(e) député(e)s sécurité, ses autres délégués de base étant délégués pédagogie, délégués santé, ou délégués justice.

11 DID ADJOINTS DES DEUX DELEGUES DEPUTES SECURITE


Ces deux délégués sécurité, membre d’un comité Guyane de 14 membres seraient responsables d’une commission sécurité comprenant 11 DID (Délégués Intermédiaires Députés)
Chacun de ces 11 délégué(e)s sécurité 11+2 délégués ayant un socle de 3125 délégateurs.
Il faut en finir avec l’anonymat fasciste et clairement revendiquer le modèle Sankara !
Il faut que la Guyane reprenne les institutions de la révolution Burkinabé de 1983 en y intégrant le quota de statut de 1 délégué pour 25 et le quota de fonctions de 40 % de délégués pédagogie, 32 % de délégués santé, de 20 % délégués sécurité et de 8 % de délégués justice




1Formoisie = bourgeoisie de la formation. Ces salariés reçoivent plus de 1000€ volés aux peuples spoliatés du Tiers-Monde. La formoisie escroque les spoliatés des zones coloniales de l’Empire Franceàfric.
2La spoliation consiste à priver un être humain de sa part de l’héritage des innovations ancestrales. Les classes Parasites utilisent des Pauvres victimes de spoliation pour agir de façon suicidaire à l’encontre de leurs intérêts.
3Les Pauvres (avec une majuscules à P) sont les humains ayant moins de 1000€ par mois pour vivre.
4Doriot ex dirigeant PCF. Bascula du stalino-fascisme au service de la formoisie vers l’hitléro-fascisme au service direct de la bourgeoisie.
5Marcel Déat ex-dirigeant du Parti Socialiste. Il passa du service de la bourgeoisie en tant que social-démocratie dans le cadre de la démocratie au service de la bourgeoisie dans le cadre de l’hitlérisme.
6L’impérialisme est le nom camouflé de l’« esclavage immobilier ». Les impérialisme n’achètent plus ni ne vendent leurs esclaves mais les immobilisent sur place pour en faire des esclaves maintenus après l’interdiction légale de la vente et de l’achat d’esclaves.
Le servage est la forme la plus visible de l’esclavage immobilier. Le blocage des Africains aux frontières de l’Europe participe de cette technique de l’immobilisation des esclaves. Les Camerounais maintenus au Cameroun sont contraints de travailler pour 1/20° de leur salaire au service de Vincent Bolloré.
7GIGN milices cagoulées, pseudo groupes anti-terroristes servant à protéger les organisateurs du terrorisme en Afrique MNLA Ansardine Soro Ouattara etc.…
8Awéricain pour remplacer Americo Vespucci par Awonawilona de Hopis.



En complément, relire mon étude de 2009 sur les mobilisations sabotées en Guadeloupe

SAMEDI 14 FÉVRIER 2009


Liyannaj-Kont-Pwofitasyon ! Une analyse révolutionnaire egalitariste du programme des faux rebelles de Guadeloupe.

Liyannaj-Kont-Pwofitasyon ! Une analyse révolutionnaire égalitariste du programme des faux rebelles de Guadeloupe.

par Yanick, Toutain

14/02/2009 20:12
Quand les révolutions arrivent les classes exploiteuses secondaires ramènent le bout de leur museau de profiteurs.
La classe formoise des privilégiés salariés est capable de monter sur le cheval de la révolution, mais aussi, préventivement de faire des simulacres de rebellion. En Guadeloupe, les réformistes coalisés ont bâillonné la voix véritable de la population : absence totale de démocratie populaire , c' est un cartel de manipulateurs qui empêche l'élection de délégués révocables à tout moment.
On retrouve la ligne de la LCR-NPA : saboter les coordinations, empêcher le contrôle des délégués par la base.
C'est sur le blog d'un militant NPA qu'est publié le texte de ce simulacre de « soviet ». L'auteur met des guillemets. Il devra préciser son point de vue ; Dénonce-t-il le sabotage contre révolutionnaire d'un VRAI soviet ou essaye-t-il de nous faire passer des vessies pour des lanternes ?
La cartellisation des mouvements est une vieille pratique de la CGT stalinienne française : quand, dans les années 70, les révolutionnaires de la LCR parvenaient à construire des coordinations soviétiques, les bureaucrates s'empressaient de faire un « comité » bidon rassemblant les dirigeants des vieux syndicats. La LCR (la vraie) s'était construite dans ce combat.
Alain Krivine (le jeune, pas le bureaucrate magouilleur sénile qui s'est cloné en Besancenot) avait signé un livre « Questions à la révolution ». Le texte sur les coordinations préconisait de réussir un mai 68 en expliquant que ce qui avait manqué était simplement une coordination nationale regroupant les délégués de toutes les coordinations - coordinations formées de délégués révocables.
Lire ce texte, en présence de Krivine à la tribune, m'a valu ma dernière censure dans un meeting LCR ; un abruti m'apostropha et la parole me fut retirée par le magouilleur Francois Leroux.
Cette perspective d'un soviet national regroupant plus de 20 millions de délégateurs est la seule perspective sérieuse. C'est le seul chemin pour chasser Sarkozy et sa bande de gangsters assassins de l'Afrique.
Mais la formoisie ne magouille pas seulement sur l'organisation : son programme, lui aussi, respecte les frontières du capitalisme.
Preuves par l'analyse :
La « réponse révolutionnaire égalitariste » donne la réponse programmatique basée sur l'analyse de la lutte des classes entre les trois classes exploiteuses et le formariat ainsi que sur la lutte des strates.


Le LKP (« Liyannaj-Kont-Pwofitasyon ») qui est à l’origine de la mobilisation des travailleurs guadeloupéens réunitune cinquantaine d'organisations. Voici leur cahier de revendications.
1- NIVEAU ET CONDITIONS DE VIE
Un relèvement immédiat et conséquent d’au moins 200 €, des bas salaires, des retraites et des minima sociaux afin de relancer le pouvoir d’achat, de soutenir la consommation des produits guadeloupéens et plus généralement la demande.réponse révolutionnaire égalitariste : Tous les revenus devant atteindre 1000 euros par mois, augmenter de 200 euros les RMIstes et les retraités, comme d'ailleurs les salariés précaires, partiels etc … relève de la bêtise ou de l'imposture. Aucun salaire à moins de 1000 euros ! Et le plancher sera le plafond : aucun salaire à plus de 1000 euros (demi-part de 500 euros jusqu'à 14 ans)



  • Le relèvement immédiat du SMIC, des salaires du secteur privé, des traitements de la fonction publique, du minimum vieillesse, des minima sociaux.
    réponse révolutionnaire égalitariste : Non. Le SMIC doit être à 1000 euros net et ne plus bouger. Il faut cesser d'exploiter l'Afrique.
  • Un salaire minimum guadeloupéen calculé sur le coût réel de la vie en Guadeloupe.
    réponse révolutionnaire égalitariste : absurde. Il faut des prix basés sur les produits de la région Amérique et cesser le commerce atlantique.
    - Création d’un bureau d’études ouvrières, chargé de calculer l’évolution des prix des produits réellement consommés par les travailleurs.
    réponse révolutionnaire égalitariste : Non. Il suffit d'un ordinateur en ligne relevant tous les prix. Les citoyens pourront vérifier et corriger le contenu du logiciel. Quant aux études et analyses : les libres citoyens volontaires pourront publier les études de leur choix. Pas de bureaucratie supplémentaire.

  • - Réductions d’impôts fondées sur la justice fiscale.
    réponse révolutionnaire égalitariste : absurde. Un salaire à 1000 euros rend absurde la notion d'impôt direct.
    - Baisse significative de toutes les taxes et marges sur les produits de première nécessité et sur les transports.
    réponse révolutionnaire égalitariste : La gestion populaire de la distribution par la confiscation anticapitaliste réglera la question ; LES BÉKÉS RICHES DEHORS ! A BAS LE CAPITALISME !
    - Baisse des taux de la taxe sur les carburants.
    réponse révolutionnaire égalitariste : Totalement stupide. Il faut, au contraire inclure une taxe carbone dont la totalité sera versée à nos cousins Africains qui polluent moins de 1,8 kilos de carbone par jour.
    - Suppression de la taxation des produits locaux
    réponse révolutionnaire égalitariste : oui pour la TVA et autres imports indirects, sauf le contenu « taxe carbone » inclus dans tous les objets matériels transportés.
    Logements
  • Gel des loyers pour une période indéterminée et pour l’année 2009 l’annulation de l’augmentation de 2,98%
    réponse révolutionnaire égalitariste : Non. Le parc immobilier est confisqué et tout le monde devient locataire. Mais les libres citoyens participeront à des enchères libérales pour fixer le niveau des loyers. La base sera 5 euros le mètre carré. Mais certains prix augmenteront énormément, et d'autres baisseront.
    - L’arrêt des saisies immobilières des propriétés des guadeloupéens et restitution des biens
    réponse révolutionnaire égalitariste : Absurde. Tout le parc immobilier est SAISI PAR LA REVOLUTION. A BAS LA PROPRIÉTÉ IMMOBILIÈRE !
    - Un plan quinquennal pour résorber l’habitat insalubre
    réponse révolutionnaire égalitariste : Les citoyens, sur leurs 300 euros d'investissement démocratique pourront faire le choix d'investir dans l'immobilier collectif.
    - Un vaste programme de construction de logements sociaux et intermédiaires.
    réponse révolutionnaire égalitariste : Idem
    Environnement
    Contamination des terres par la chlordécone :
    réponse révolutionnaire égalitariste : Toutes les terres sont collectivisées. Les coupables de sabotages sanitaires seront condamnés, punis et devront indemniser sous peine d'ostracisme définitive et d'expulsion hors des Antilles.
    - Définition de mesures sanitaires pour protéger les populations des zones contaminées ;
    réponse révolutionnaire égalitariste : Évidemment. Mais le marché locatif libéral leur permettra de facilement changer de quartier.
    - Indemnisation des victimes professionnelles et civiles.
    réponse révolutionnaire égalitariste : Non. A part la prise en charge sanitaire, il n'y a pas lieu à indemnité personnelle.
    Transports
    - Mise en place d ‘un véritable service de transport des usagers.
    réponse révolutionnaire égalitariste : Ce seront les citoyens, sur leurs 300 euros qui « voteront » pour cela s'ils le souhaitent. Mais ce seront les citoyens des autres iles qui financeront : en effet, on ne peut pas financer ce dont on va profiter ensuite.(pas d'abus de biens sociaux)
    - Engagement d’un audit indépendant sur les modalités de constitution des Groupements et d’attribution des marchés ;
    réponse révolutionnaire égalitariste : Farce capitaliste. La totalité de l'appareil productif devenant transparent - et le travail ayant été retiré du marché - ce type de procédure sera inutile. 
    - Révision des conditions d’exécution des marchés envers les usagers (abris bus, arrêts matérialisés, gares routières, poteaux d’indications des horaires de passage des bus)
    réponse révolutionnaire égalitariste : Investissement démocratique.
    - Réhabilitation et indemnisation des Transporteurs déclarés ‘’clandestins’’
    réponse révolutionnaire égalitariste : Les entreprises deviennent « lois 1901 » et sont gérées par le groupe fondateur. Comme tout le monde touchera 1000 euros, celui qui souhaitera travailler en se rendant utile dans le transport sera libre de le faire.
    - Révision des conditions d’exécution des marchés par les groupements vis-à-vis des transporteurs (mise en fonction de la billetterie, fixation du prix à verser par chaque sous-traitant en fin de mois)
    réponse révolutionnaire égalitariste : tentative de maintien du capitalisme ou paragraphe inutile.
    2 - EDUCATION
    - Mise en place dans l’immédiat d’un moratoire de 4 ans en ce qui concerne la réforme du recrutement des enseignants, le temps de permettre la mise en place par l’U.A.G. des masters de professionnalisation et les sorties des premières promotions.
    réponse révolutionnaire égalitariste : Non aux réformes formoises. Quiconque souhaite enseigner est libre de le faire. Quant aux élèves : liberté totale (lieux horaires, programmes etc …)
    SUPPRESSION DE TOUS LES DIPLÔMES. ABOLITION DU RESPECT DES QUALIFICATIONS ACQUISES.
    - Acter dans ce cadre un plan de titularisation des contractuels pour palier les besoins de recrutement.
    réponse révolutionnaire égalitariste : Tout le monde est titulaire et touche 1000 euros.
    - Maîtrise de la gestion des postes et des personnels en Guadeloupe pour mettre en place une
     politique de l’emploi et de la formation conforme à nos besoins.
    réponse révolutionnaire égalitariste : Chauvinisme stupide. Quiconque le souhaite vient enseigner ou apprendre en Guadeloupe. (seuls les libres citoyens consommant 1000 euros pourront s'y loger par le marché locatif libéral. Les autres.... dehors !)
    - Disposer d’un pouvoir décisionnel en matière de programmes, d’orientation, d’éducation de gestion des ressources, de la mise en place d’un plan de titularisation des personnels contractuels et des contrats aidés.
    réponse révolutionnaire égalitariste : Chauvinisme cocardier stupide. Les programmes seront « faits » par les élèves ! (chacun le sien). A BAS TOUTES LES BUREAUCRATIES STALINIENNES !
    3 - FORMATION PROFESSIONNELLE
  • Création d’une structure assurant un véritable service public de la formation professionnelle : le CRFP ne constituant pas une réponse à la hauteur des enjeux.
    réponse révolutionnaire égalitariste : Non. Quiconque le souhaite enseignera. Les élèves choisiront.
    - Augmentation des fonds alloués à la formation professionnelle - Minimum 100 millions d’euros.
    réponse révolutionnaire égalitariste : Non. Les salaires ce seront 1000 euros et l'investissement (locaux , terrains, capital circulant, matériel) sera financé par les Bons d'investissement Démocratique (BID : 300 euros par mois par citoyen et 1 euro par jour à partir de 7 ans, puis 1 euro de plus par année supplémentaire (puis 2) cela donnera 7 ans : 1 euro par jour puis, ….8 ans : 2 euros, 9 ans : 3 euros, 10 ans : 4 euros, 11 ans : 5 euros, 12 ans : 6 euros, 13 ans : 8 euros, 14 ans : 10 euros par jour. Un libre citoyen de 11 ans aura une capacité d'investissement égale à la moitié de celles des libres citoyens adultes. Il investira 150 euros par mois. Ce sera cette action civique qui sera un des principaux fil à plomb du programme de formation qu'il se sera choisi.
    - Création de filières de formation professionnelle liées à tous les secteurs stratégiques pour le développement de la Guadeloupe et adaptées à nos réalités avec production de référentiels spécifiques (Agriculture, Environnement, Energies renouvelables,…)
    réponse révolutionnaire égalitariste : Bureaucratisme. Pas de planification stalinienne. Ras le bol des spécialistes. Quel bureaucrate choisira entre la filière musique et la filière jeu vidéo ? C'est du bureaucratisme néo stalinien.
    - Plan de formation obligatoire dans toutes les entreprises et particulièrement dans les entreprises de moins de 10 salariés.
    réponse révolutionnaire égalitariste : Non. Chaque citoyen est libre d'apprendre en travaillant, de travailler sans apprendre ou d'apprendre sans travailler.
    - Mise en place d’un dispositif d’accompagnement et de formation pour un chômeur ou un travailleur dans le cadre de la création d’activité.
    réponse révolutionnaire égalitariste : Paternalisme. De toute façon, tous les chômeurs sont embauchés. EMBAUCHE DE 5 MILLIONS DE CHÔMEURS PAYES 1000 EUROS COMME TUTEURS SOCIAUX.
    - Création d’un Fonds d’urgence pour la formation professionnelle alimenté par les remboursements des trop perçus de la SARA.
    réponse révolutionnaire égalitariste : Non. Pas de bureaucratie. Tous les projets doivent passer par les BID.
    4 - EMPLOI
  • Priorité d’embauche pour les Guadeloupéens.
    réponse révolutionnaire égalitariste : CRÉTINISME CHAUVIN. Ce sont des crétins dans ce genre là qui ont déclenché la guerre 14-18. Il faut la PUBLICATION (sur Internet) DU NOM DE L'ABRUTI QUI A FAIT CETTE PROPOSITION !!!
    De toute façon, la défaite du capitalisme supprimera la notion d'embauche.
    - Embauche obligatoire de Guadeloupéens dans toutes les entreprises qui bénéficient d’aide publique.
    réponse révolutionnaire égalitariste : CRÉTINISME DOUBLE : Pourquoi préciser ?
    - Mise en place d’un avenant régional à la prochaine convention Unedic en vue d’améliorer et d’élargir les conditions d’indemnisation du chômage en Guadeloupe : revalorisation des allocations de chômage en montant et en durée (moins du ¼ des chômeurs de Guadeloupe ont droit à ce jour à l’ARE).
    réponse révolutionnaire égalitariste : Chômage ? Quel Chômage ? A BAS LE CHÔMAGE ! A BAS LE CAPITALISME !
    - Respect de l’obligation de recrutement des Travailleurs Handicapés
    réponse révolutionnaire égalitariste : Absurde. Quiconque souhaite faire un groupe de musique avec un aveugle ou un paralysé peut le faire (ou ne pas le faire !) . Ce n'est que sous la barbarie capitaliste qu'il est besoin de légiférer là-dessus.
    - Arrêt de la déprogrammation des fonds de la formation professionnelle
    réponse révolutionnaire égalitariste : Inutile et bureaucratique. Liberté d'enseignement.
    - Ouverture des financements de la formation professionnelle à tous les chômeurs et non plus uniquement aux seuls indemnisés au titre de l’ARE & instauration d’un crédit annuel de formation pour chaque chômeur.
    réponse révolutionnaire égalitariste : On ne veut plus de chômage alors c'est parler pour ne rien dire !
    - REHABILITATION DU FONDS SOCIAL de l’ex ASSEDIC pour les situations individuelles.
    réponse révolutionnaire égalitariste : On ne veut plus de chômage !
    - Limitation du CDD à 6 mois renouvelable une fois, à l’issue du renouvellement, embauche du salarié.
    réponse révolutionnaire égalitariste : Il n'y a plus que des CONTRATS DE LIBRES CITOYENS consommant 1000 euros pour toute leur vie et INVESTISSANT 300 euros par mois.
    - Limitation du recours aux sociétés d’intérim à 5% des contrats du secteur marchand.
    réponse révolutionnaire égalitariste : Suppression des sociétés capitalistes. L'intérim comme les autres.
    - Embauche prioritaire à l’issue d’un contrat en alternance.
    réponse révolutionnaire égalitariste : A BAS LE CHÔMAGE !
    - Obligation d’embauche des travailleurs handicapés au lieu du paiement de la pénalité prévue par la loi.
    réponse révolutionnaire égalitariste : Redite réformiste. On a bien compris que la formoisie pseudo rebelle souhaite la préservation du capitalisme.
    Contre les LICENCIEMENTS
    réponse révolutionnaire égalitariste : ABOLIR LE CAPITALISME.
  • Participation des représentants des salariés dans les instances dirigeantes de l’entreprise avec voix délibératives.
    réponse révolutionnaire égalitariste : Suppression des entreprises capitalistes. Pour les associations liberté totale des statuts (dictature personnelle ou association totale)
    - Plan social, reclassement et formation obligatoire quel que soit le nombre de licenciés et l’effectif salarié de l’entreprise.
    réponse révolutionnaire égalitariste : La formoisie aime les capitalistes : elle persiste à vouloir l'améliorer !
    - Réintégration de droit des licenciés pour faute, suite à la décision de justice ne confirmant pas la faute et systématisation du droit à la réparation.
    réponse révolutionnaire égalitariste : Non. Chacun s'associera avec qui il voudra.
    - Remboursement par l’entreprise des aides publiques perçues en cas de licenciement économique.
    réponse révolutionnaire égalitariste : Le licenciement implique la perpétuation du capitalisme dont nous ne voulons plus.
    5 - DROITS SYNDICAUX ET LIBERTES SYNDICALES
    réponse révolutionnaire égalitariste : La totalité de ce paragraphe implique la perpétuation du capitalisme et est donc complètement stupide. De plus, l'abolition de l'esclavage salarial et le paiement de 1000 euros pour tous supprime la notion de « licenciement ».
    Les créateurs d'entreprises égalitaristes seront libres de choisir la forme de leur association. Y compris être un dictateur aussi absolu qu'un réalisateur de film s'ils le souhaitent. Chacun est libre de rester ou de partir.
    Les syndicats disparaitront donc.
    - Obligation d’un Accord de Branche ou d’Entreprise avant toute autorisation de travail le dimanche
    - Mise à disposition d’une Maison des Syndicats à Jarry
    - Négociation d’un Accord de Branche et Interprofessionnel sur l’exercice du droit syndical, la représentativité, la représentation de Branche, l’emploi
    - Régularisation des travailleurs en situation irrégulière.
    - Négociation de Convention Collective dans tous les secteurs.
    - Renforcement de moyens des Inspecteurs et Contrôleurs du travail.
    - Mise en place et respect du comité d’hygiène, de sécurité et de conditions de travail dans toutes les entreprises.
    - Mise en place de délégué du personnel dans toutes les entreprises d’au moins 5 salariés.
    - Représentation des syndicats de Guadeloupe dans les entreprises et les organismes paritaires, (ASSEDIC-Sécurité Sociale-CAF- AGEFOS-PME-FONGECIF…)
    - Liberté de participation de syndicalistes extérieurs au Comité d’Entreprise et aux Négociations Annuelles Obligatoires
    - Extension systématique des Accords Collectives de Guadeloupe à l’ensemble de l’archipel,
    - Reconnaissance du 27 Mé, jour férié, chômé et payé.
    - Droit à l’organisation de formation syndicale ouverte à toutes les organisations syndicales de Guadeloupe.
    - Budget formation alloué aux syndicats dans le cadre de la formation syndicale
    - Annulation et Arrêt des poursuites pénales en matière d’action syndicale.
    6 - SERVICES PUBLICS
    réponse révolutionnaire égalitariste : TOUS LES SECTEURS seront publics. Gratuits ou marchands.
    Création et préservation de véritables services publics dans les secteurs stratégiques (eau, transport, énergie électrique et fossiles, traitement des déchets, prévention et sécurité civile, crédit…) au service de la population et des besoins économiques du pays, comprenant au sein des instances dirigeantes des représentants des usagers et des travailleurs.
    réponse révolutionnaire égalitariste : Le seul contrôle sérieux, ce sera le contrôle par l'investissement démocratique. Ceux qui voudront s'associer pour gérer l'eau seront contrôlés en permanence par leurs besoins en BID.
  • TRANSPARENCE sur la fixation des prix de l’eau, des transports, des carburants, des loyers, du gaz, de l’électricité, des nouvelles technologies de l’information et de communication
    réponse révolutionnaire égalitariste : Tout sera publié sur Internet, y compris les montants des investissements de chacun.
    - Baisse immédiate de 50 centimes du prix des carburants
    réponse révolutionnaire égalitariste : TOTALEMENT STUPIDE ! Le litre atteindra bientôt 7,5 euros le litre !
    - Baisse du prix de l’eau, du prix de transport de passagers, du prix des communications.
    réponse révolutionnaire égalitariste : Non : prix en fonction du coût réel (avec les taxes carbone et uranium)
    EAU
  • Distribution de l’eau en qualité et en quantité sur l’ensemble du territoire.
    réponse révolutionnaire égalitariste : Vœu pieux ou demande aux citoyens d'investir de BID.
    - Fixation d’un prix unique sur l’ensemble du territoire.
    réponse révolutionnaire égalitariste : Non. Les citoyens décideront. En effet, cette logique aboutirait à valider la demande d'un farfelu s'installant sur un ilot désert et exigeant les mêmes prix qu'ailleurs. Il y aura des zones de prix.
    - Facturation en fonction de la quantité réellement consommée.
    réponse révolutionnaire égalitariste : Évidemment.
    - Remplacement du réseau vétuste (plus de 50 ans)
    réponse révolutionnaire égalitariste : BID.
    - Révision du mode de calcul de l’assainissement des eaux usées.
    réponse révolutionnaire égalitariste : Le fond du problème c'est le choix de l'investissement.
    - Suppression de la majoration de 12 € pour retard de paiement.
    réponse révolutionnaire égalitariste : Le prélèvement sera automatique.
  • SANTÉ
  • Ouverture des négociations portant sur l’équilibre de l’offre de soins entre le Public et le Privé, entre Établissements Privés et sur l’ensemble du territoire ;
    réponse révolutionnaire égalitariste : CONFISCATION DE LA SANTÉ PRIVÉE.
    - Résorption des déficits structurels des Hôpitaux ;
    réponse révolutionnaire égalitariste : BID : ce sont des capitaux circulants contrôlés par l'investissement citoyen.
    - Engagement des procédures pour la reconstruction du CHU ;
    réponse révolutionnaire égalitariste : BID
    - Révision du système d’évaluation des budgets dans le public et le privé.
    réponse révolutionnaire égalitariste : BID circulant.
    7 - PRODUCTION
    Volet Agricole
    réponse révolutionnaire égalitariste : TOUTES LES TERRES SONT CONFISQUÉES ET PASSENT EN LOCATION AUX ENCHÈRES.
  • Maintien et aménagement du foncier agricole (eau d’irrigation, voiries, téléphone, électricité) afin de créer des entités de production viables et en constante recherche d’autonomie.
    réponse révolutionnaire égalitariste : Pas de bureaucratisme : les projets sont proposés par les citoyens et financés par les citoyens.
    - Finalisation de la mise à disposition des 32 hectares de terre pour la réalisation du projet porté par « Kè a Kanpech ».
    réponse révolutionnaire égalitariste : CONFISCATION
    - Maintien du traitement des dossiers collectifs par les SICA et Groupements de producteurs.
    réponse révolutionnaire égalitariste : Bureaucratisme. La réponse sont les BID.
    - Exonération de la taxe foncière au profit des exploitants agricoles sur l’ensemble du territoire.
    réponse révolutionnaire égalitariste : Tous les producteurs reversent la TOTALITÉ DES CHIFFRES D'AFFAIRE.
    - Suppression des taxes sur les engrais, désherbants, semences, aliments de bétail et gasoil etc.., destinés à la production agricole.
    réponse révolutionnaire égalitariste : Inclusion de la taxe carbone et des taxes de recyclage.
    - Paiement des aides aux agriculteurs.
    réponse révolutionnaire égalitariste : Non ! Fin du régime de la subvention et de la magouille capitaliste.
    - Prise en compte de la valorisation de tous les co-produits issus de l’agriculture comme partie intégrante de la richesse produite par l’exploitation agricole (ex : bagasse pour l’énergie etc..).
    réponse révolutionnaire égalitariste : Baratin. Quant à la « culture de l'énergie » un MORATOIRE sera prononcé jusqu'au moment où la pauvreté mondiale sera éradiquée : REFUS DE NOURRIR LES MOTEURS AVANT LES HUMAINS !
    - Mise en place de mécanismes fiscaux et douaniers pour développer la préférence guadeloupéenne.
    réponse révolutionnaire égalitariste : Chauvinisme absurde entre sociétés révolutionnaires et POISON IDÉOLOGIQUE dans le cadre du capitalisme. Qui a pondu cette ânerie ?
    Volet Pêche
  • Suppression immédiate de toutes les taxes perçues sur les matériels, révision du coût des intrants.
    réponse révolutionnaire égalitariste : Sauf les taxes carbone et taxes recyclage.
    - Révision immédiate du texte concernant les exonérations au titre de l’URSSAF pour les marins pêcheurs embarqués seuls.
    réponse révolutionnaire égalitariste : Leurs bateaux sont confisqués. Ils travailleront pour la collectivité. Pour 1000 euros par mois.
    - Mise en place d’un plan de formation des professionnels et des jeunes aux différentes activités de la pêche, aux acquisitions des techniques de capture nouvelles, aux utilisations de matériel électronique embarqué, aux techniques de conservation et de vente.
    réponse révolutionnaire égalitariste : Non aux plans bureaucratiques staliniens.
    - Traiter les problématiques, conditions de vente en gros et au détail réalisé par les marins pêcheurs, produits d’importation, groupements d’intérêt économique, organisation des producteurs.
    réponse révolutionnaire égalitariste : Charabia pour cacher le refus de l'abolition du capitalisme.
    - Traiter les problématiques d’aménagement portuaire, points d’avitaillement, zone d’entretien des navires, zone de stockage des matériels.
    réponse révolutionnaire égalitariste : BID. Ce sont les citoyens qui choisiront quels projets ils veulent financer.
    - Mise en place d’une plate-forme de rencontres et d’échange avec les professionnels de la Caraïbe.
    réponse révolutionnaire égalitariste : Baratin bureaucratique formois. Ras le bol des « spécialistes » qui savent mieux que tout le monde.
  • 8 - AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE ET INFRASTRUCTURES
    La maîtrise foncière
  • Fixer à 50 000 ha la surface agricole incompressible sous forme de ZAP (Zone Agricole Protégée) et mise en place d’une commission d’évaluation et de contrôle annuel.
    réponse révolutionnaire égalitariste : Non ! Un choix pareil se règle par les BID. (ou , éventuellement, un référendum)
    - Favoriser l’installation des jeunes diplômés sur des exploitations viabilisées (350 dossiers en attente).
    réponse révolutionnaire égalitariste : Et puis quoi encore ? A bas le favoritisme envers les diplômés : RÉVOLUTION ANTIFORMOISE !
    - Protection du patrimoine écologique de la Guadeloupe (forêt, mangrove,…)
    réponse révolutionnaire égalitariste : Ceux qui le veulent présenteront des projets et demanderont des financements. En BID
    - Arrêt de toutes spéculations immobilières et de la discrimination privant les Guadeloupéens du droit à l’accession à la propriété dans leur pays.
    réponse révolutionnaire égalitariste : NON ! NON et NON ! A BAS TOUTE LA PROPRIÉTÉ IMMOBILIÈRE ! NON AU CHAUVINISME DES CRETINS !
    - Arrêt d’implantation de nouvelles stations services
    réponse révolutionnaire égalitariste : Non : les BID décideront !
    - Arrêt de l’implantation et de l’extension des grandes surfaces
    réponse révolutionnaire égalitariste : Non : les BID décideront !
    - Arrêt définitif du projet d’implantation d’un circuit automobile « Vigie Gate » à Anse Bertrand.
    réponse révolutionnaire égalitariste : Non : ceux qui auront de quoi payer la taxe carbone sur leur quota pourront faire mumuse le dimanche : il suffit d'exiger qu'ils provisionnent leur quota.
    - Publication de tous les baux passés par les collectivités locales avec des particuliers et/ou des structures privées, à propos de la mise à disposition des terres achetées par ces dites collectivités
    réponse révolutionnaire égalitariste : Transparence totale en économie.
    Un développement équilibré du territoire
  • Rééquilibrage des territoires pour harmoniser l’organisation, la complémentarité et la répartition des activités sur l’ensemble du pays.
    réponse révolutionnaire égalitariste : Non : ce sont les citoyens qui doivent décider.
    - Renforcement de pôles secondaires complémentaires aux pôles principaux (Région Pointoise et Basse Terre).
    réponse révolutionnaire égalitariste : Non au bureaucratisme.
    - Redynamisation des bassins de vie par le développement économique d’activités de terroir (exemples : agro-transformation, pêche…).
    réponse révolutionnaire égalitariste : Non aux planificateurs bureaucratiques.
    - Dynamiser et valoriser les îles en s’appuyant sur leur identité culturelle.
    réponse révolutionnaire égalitariste : Non : si des habitants veulent un club de bourrée auvergnate ou un bagad quimperrois, ils ont autant de légitimité que les autres !!!
    - Redynamiser les quartiers et les bourgs susceptibles de développer l’emploi de proximité.
    réponse révolutionnaire égalitariste : Et pourquoi donc ? Ce seront les BID qui décideront !
    Les infrastructures
  • Dynamiser l’habitat social au travers d’un recensement des besoins égalitaire et concerté (Région – Etat- Mairie).
    réponse révolutionnaire égalitariste : ABOLITION DE LA DIFFERENCE DES HABITATS et mise aux enchères. La totalité de l'habitat sera « social ».
    - Réaliser un recensement des besoins en logements, établissements scolaires, crèches, équipements sportifs, maisons de quartier afin d’y pourvoir par-delà toute prétention politicienne et électoraliste.
    réponse révolutionnaire égalitariste : Si quelqu'un se propose pour faire cette étude, il n'y a pas à légiférer.
    - La création d’une pépinière artisanale et agricole qui serait la vitrine de nos produits du terroir
    réponse révolutionnaire égalitariste : Non au chauvinisme commercial.
    - Le développement urgent de réseaux de transport secondaires : maritime, inter-iles, intercôtiers..
    réponse révolutionnaire égalitariste : BID
    - Mise aux normes parasismiques de tous les établissements et infrastructures publics (écoles, hôpitaux, ponts…)
    réponse révolutionnaire égalitariste : BID : les citoyens des autres iles auront à cœur de financer vos besoins.
    - Arrêt du projet d’implantation du port en eaux profondes.
    réponse révolutionnaire égalitariste : Non : BID ! (sous réserve de catastrophe écologique prouvée et vote de référendum télématique)
    9 - CULTURE (KILTI)
  • Prise en compte dans la programmation des medias de la langue et de la culture guadeloupéenne par la présence de représentants des associations culturelles dans les conseils d’administration.
    réponse révolutionnaire égalitariste : Non. Pas de favoritisme associatif.
    - Favoriser le développement d’entreprises et associations d’insertion culturelle.
    réponse révolutionnaire égalitariste : Non au favoritisme.
    - Réhabilitation des lieux de mémoire populaire par l’adressage (non a lari).
    réponse révolutionnaire égalitariste : Qui le veut présente un projet de musée et demande un financement.
    - Création d’un institut culturel « Papa Yaya » à Capesterre Belle Eau.
    réponse révolutionnaire égalitariste : BID
    10 - ARÉTÉ PWOFITASYON
  • Rachat par les Collectivités du patrimoine foncier de Kalenda en vue de la création d’une unité hôtelière de luxe et du reclassement des salariés licenciés d’Anchorage et Kalenda.
    réponse révolutionnaire égalitariste : RACHAT ? AUX VOLEURS ? AUCUN RACHAT ! CONFISCATION !
    - Restitution du patrimoine (financier, mobilier et immobilier) des mutuelles liquidées en Guadeloupe.
    réponse révolutionnaire égalitariste : Création d'associations citoyennes financées par BID. Elles loureront ce dont elles ont besoin.
    - Dessaisissement de l’administrateur provisoire (M.BORGAT) du dossier des mutuelles.
    réponse révolutionnaire égalitariste : DESSAISISSEMENT DE TOUS LES LARBINS DU CAPITALISME ET DE L IMPÉRIALISME.
    - Domiciliation des paiements de France Télécom, EDF…, dans les banques installées en Guadeloupe.
    réponse révolutionnaire égalitariste : SUPPRESSION DES BANQUES.
    - Poursuites pénales pour les infractions relevant d’abus de position dominante, d’entente illicite et de publicité mensongère.
    réponse révolutionnaire égalitariste : A BAS LE CAPITALISME... TOUT ENTIER ...
    - Poursuite contre les Responsables des massacres de mai 67 à
     Pointe à Pitre et réparation des préjudices aux victimes et ayant-droits.
    réponse révolutionnaire égalitariste : Poursuite mais pas de dommages et intérêts pour les ayant droits. Prises en charge médicale pour tous. La vie ne se monnaye pas. Ni la santé.
    - Transparence et baisse des coûts des services et des taux pratiqués par les banques et par les établissements de crédit.
    réponse révolutionnaire égalitariste : SUPPRESSION TOTALE DU CRÉDIT DE LA BOURSE ET DES BANQUES
    - Priorité et facilité d’accès au marché et aux aides publiques pour les entreprises Guadeloupéennes.
    réponse révolutionnaire égalitariste : COCORICO DES CRÉTINS CHAUVINS !!!
    - Arrêt des abominations à l’encontre des travailleurs étrangers.
    réponse révolutionnaire égalitariste : TROUPES FRANÇAISES HORS D'AFRIQUE ! JUGEMENT DES CRIMINELS ANTILLAIS infiltrés en Afrique grâce à leur apparence !
    - Résolution de tous les conflits en cours.
    réponse révolutionnaire égalitariste : SUPPRESSION DE TOUTES LES CLASSES EXPLOITEUSES !
  • Peuple de Guadeloupe, ouvriers, paysans, artisans, retraités, chômeurs, entrepreneurs, jeunes, LIYANNAJ KONT PWOFITASYON est notre construction, notre idée, notre outil, notre conscience.
    Liyannaj kont pwofitasyon c’est nous !!! An nou bay lanmen pou ba’y sans é pouvwa…
    Que partout dans les bourgs, les villes, les campagnes, le peuple envahisse les rues !!
    Nou péké konstwi on sosyété nèf si nou rété anba dominasyon é pwofitasyon kapitalis é kolonyalis.
    La Gwadloup sé tan nou, La Gwadloup a pa ta yo, Yo péké fè sa yo vlé an péyi an-nou
    LA liste des syndicats du collectif Liyannaj kont pwofitasyon : ADIM - AFOC – AGPIHM - AKIYO – AN BOUT’AY - ANG - ANKA – ASSE - ASS.AGRICULTEURS DU NORD BASSE-TERRE – ASS.LIBERTE EGALITE JUSTICE - CFTC - CGTG – CNL - COMBAT OUVRIER – COMITE DE L’EAU - CONVENTION POUR UNE GUADELOUPE NOUVELLE – COPAGUA – CSFG - CTU – ESPERANCE ENVIRONNEMENT – FAEN SNCL - FO – FSU – GIE SBT - KAMODJAKA - KAP Gwadloup - LES VERTS - MADICE – MAS KA KLE - MOUVMAN NONM - PCG – SGEP/SNEC/CFTC - SOS B/Terre ENVIRONNEMENT - SPEG - SUD PTT GWA – SUNICAG - SYMPA CFDT - TRAVAYE é PEYIZAN - UDCLCV - UIR CFDT – UNSA - UGTG - UPG - UPLG - UMPG – VOUKOUM.

    • ======================================================












    LIRE AUSSI :

    MARDI 10 FÉVRIER 2009


    Le jour de sa création, le NPA magouille déjà en Guadeloupe : aucun respect de la démocratie !!! ATTAC est complètement manipulé par Patrice Ganot

    MERCREDI 11 FÉVRIER 2009


    Revolution ! Expropriation des Bekes ! A bas l'imperialisme ! Dehors les affameurs ! Des soviets partout !

    SAMEDI 14 FÉVRIER 2009


    Liyannaj-Kont-Pwofitasyon ! Une analyse révolutionnaire egalitariste du programme des faux rebelles de Guadeloupe.


    MARDI 17 FÉVRIER 2009


    Une critique de gauche du mouvement en Guadeloupe

    Birahima donne des éléments d'information précis sur ce qui se passe en Guadeloupe. Cette militante NPA (minoritaire) donne un éclairage sur Patrice Ganot et le syndicat chauvin UGTG qui tranche avec l'unanimisme stupide.

    MARDI 17 FÉVRIER 2009


    Sur le blog du LKP, je dépose un commentaire avec un lien vers l'analyse de leur programme

    (il semble que ce texte a été censuré depuis par le LKP : on ne le trouve plus et Google ne le voit pas)
    et

    DIMANCHE 22 FÉVRIER 2009


    REQUISITOIRE :3 MILLIONS DE BEBES AFRICAINS VONT MOURIR A CAUSE DE SARKOZY-BOLLORE


    cliquer sur le mot "raciste" en dessous donnera la liste des crétins racistes répertoriés sur ce blog.


    mercredi 22 mars 2017

    Matthias Fekl parrain de la chef terroriste MNLA Nina Wallet Intalou criminelle de Aguel Hoc avec Hollande et Gattaz MEDEF Forum Agyp

    par Yanick Toutain
    REVACTU
    22/3/2017

    Les rebelles,
    [Il s'agit des terroristes MNLA NdRevactu] 
    la France les connaît bien. A la fin de l'année dernière, des notables touaregs maliens proches du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA) ont été reçus secrètement au quai d'Orsay à Paris.
    (...) 
    A propos de l’alliance éventuelle entre le MNLA et Aqmi, Henri de Raincourt affirme qu« elle n’est pas confirmée. Le MNLA a pris soin de déclarer qu’elle n’existait pas. (…) Je rappelle que si la France, effectivement, a rencontré des représentants du MNLA l’année dernière, elle ne l’a pas fait depuis que ce dernier s’est engagé dans des actions militaires.(infra)

    Serge Daniel, correspondant de Radio France internationale et l’Agence France-Presse à Bamako depuis vingt ans, déclare le 16 février au quotidien français Libération, qu'il était convaincu que le MNLA et des membres d'AQMI « ont combattu côte à côte à Aguelhoc, où des exécutions sommaires de soldats ont eu lieu fin janvier »17.


    LIRE AUSSI

     Matthias Fekl nommé ministre de l'Intérieur. Encore un des Young Leaders


    Par Julie Amadis
    #IpEaVaEaFaF
    Le 22/03/2017
    «Fekl, explique le maire du Havre,
    [LR Edouard Philippe]
    avait été mon étudiant à Science Po.
    J’avais repéré ce petit gars sympa.
    C’est quelqu’un de très bien
    et je crois d’ailleurs qu’il n’a pas regretté
    d’entrer dans ce programme [Young Leaders].»
    Le Figaro

    "entre 1997 et 2001, John Negroponte présida la FAF
    [Young Leaders],
    avant de devenir entre 2005 et 2007, sous Georges Bush, le premier directeur coordonnant tous les services secrets américains (DNI
    ), dirigeant l’US States Intelligence Community (qui regroupe une quinzaine de membres, dont le FBI et la CIA). Atlantico

     

    Matthias Fekl parrain de la chef terroriste MNLA
    Nina Wallet Intalou criminelle de Aguel Hoc
     avec Hollande et Gattaz MEDEF Forum Agyp



    Matthias Fekl est un chef terroriste qu'il faut interpeller sans tarder.
    Et l'extrader au tribunal Nuremberg de l'Afrique pour y faire condamner le plus vite possible ses activités terroristes en relation avec MNLA et son agence auxiliaire Ansardine.

    Matthias Fekl assure la promotion de la chef terroriste MNLA Nina Wallet Intallou.

    Une terroriste organisatrice des attaques Ménaka Aguel Hoc les 17-18 janvier 2012.

    Nina Wallet Intalou, née en 1963 à Kidal, est une femme d'affaires et une politicienne malienne d'origine touareg appartenant à la tribu des Idnane. Licenciée de droit public, militante politique dès 1984, elle crée une entreprise à Abidjan (Côte d'Ivoire) en 1989 qui obtient le monopole de nettoyage des cabines téléphoniques1. Au Mali, elle est élue maire de Kidal en 1997, mais des pressions islamistes l’obligent à renoncer à son poste1. En exil en Mauritanie, elle prend part en 2012 à l'insurrection armée et devient membre du bureau exécutif du Mouvement national pour la libération de l'Azawad2.
    Le 7 juillet 2016, suite au remaniement ministériel, Nina Wallet Intalou est nommée Ministre de l'Artisanat et du Tourisme3.(Wikipédia)
    Une terroriste membre de la direction MNLA que Hollande a imposé comme ministre aux Maliens en occupant tout le pays .... sous prétexte de terroristes que Sarkozy et Fillon avaient missionnés en 2011 et que Hollande a réinstallé au Nord-Mali en janvier 2013

    Les médias français ont rapidement oublié la date du 24 janvier 2012.
    Pourtant l'attaque de Aguel Hoc a une page Wikipédia.
    Le , la ville est prise par Al-Qaïda au Maghreb islamiqueAnsar Dine et le MNLA, 82 à 153 soldats maliens sont massacrés3,4
    On y voit les terroristes MNLA narco-trafiquants du Mali parrainé par un député européen EELV François Alfonsi avoir passé alliance avec les jihadistes Ansardine de Iyad Ag Ghali et le MUJAO.
    83 militaires maliens ont été assassinés par ces terroristes.

    HENRI DE RAINCOURT AVAIT ADMIS UNE REUNION SECRETE AU QUAI D'ORSAY LE MOIS PRECEDENT L'ATTAQUE TERRORISTE

    Mali : La France pour un dialogue avec les rebelles du MNLA ?
     (MFI / 14.02.12) Le ministre français de la Coopération, Henri de Raincourt, est rentré d'une tournée expresse au Mali, au Niger et en Mauritanie. Pour la Francerappelle-t-il, il est urgent de convaincre les rebelles du MNLA de venir à la table des discussions. Mais, l’intégrité territoriale du Mali est indiscutable. Sur les ondes de RFI, il a révélé que des massacres avaient été perpétrés dans la localité d’Aguelhokdans le nord du Mali en proie à la guerre : « Il y a eu des violences absolument atroces et inadmissibles à Aguelhoc. Il y a eu effectivement des exécutions sommaires : des soldats, des personnes, on parle d’une centaine, qui ont été capturées et froidement exécutées, ce qui est absolument inqualifiable. Certains prétendent que la méthode utilisée pour l’exécution s’apparente à celle utilisée par al-Qaïda. (…) En tout cas des méthodes barbares et expéditives. »Les rebelles, la France les connaît bien. A la fin de l'année dernière, des notables touaregs maliens proches du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA) ont été reçus secrètement au quai d'Orsay à Paris. Message de ces émissaires touaregs : « Nous pouvons aider la France à lutter contre Aqmi » (al-Qaïda au Maghreb islamique). Réponse des Français : « Très bien, mais ce n'est pas une raison pour qu'on vous soutienne contre le gouvernement malien ».Après l'offensive des rebelles dans le Nord-Mali, la France répète donc aujourd’hui haut et fort sa position : « Pas touche à l'intégrité territoriale du Mali ». Elle profite toutefois de ses contacts confidentiels de la fin de l'année dernière pour essayer d'amener les rebelles touaregs à la table du dialogue. Pour cela, elle compte aussi sur un pays de la sous-région, la Mauritanie, qui a des relations suivies avec le MNLA. C'est une des raisons pour lesquelles Henri de Raincourt a rendu visite au président mauritanien, Mohamed Ould Abdel Aziz, vendredi dernier, à Nouakchott.A propos de l’alliance éventuelle entre le MNLA et Aqmi, Henri de Raincourt affirme qu« elle n’est pas confirmée. Le MNLA a pris soin de déclarer qu’elle n’existait pas. (…) Je rappelle que si la France, effectivement, a rencontré des représentants du MNLA l’année dernière, elle ne l’a pas fait depuis que ce dernier s’est engagé dans des actions militaires. Et si le MNLA veut être considéré comme un acteur fiable, c’est à lui de faire les avances et les démarches nécessaires. Le MNLA a des représentants dans un certain nombre de pays de la sous-région et n’a aucune difficulté à faire connaître sa bonne volonté… (…) En particulier à la Mauritanie. »Quant aux six otages français, il a indiqué que « la façon d’appréhender la présence d’Aqmi sur le terrain est notoirement différente selon les chefs d’Etat concernés. Il faut en prendre acte. Il y a aussi le fait qu’il y a des otages sur le terrain et que par conséquent, c’est assez difficile d’engager directement des opérations qui seraient susceptibles de mettre en danger la vie de nos otages. La vie de nos compatriotes est à préserver d’abord et avant tout. (…) Certains nous disent avoir des contacts plus ou moins directs avec des petites organisations locales sur le terrain et que la situation de nos otages, pour précaire et détestable qu’elle soit, mais qu’avec beaucoup de courage, ils survivent. » (source RFI en cache Google)

    Raincourt oublie juste de préciser que l'adjoint de Gadoullet ex-colonel DGSE et émissaire AREVA était un des CHEFS JIHADISTES..... de janvier 2012

    AGUEL HOC UN MASSACRE TELEGUIDE PAR SARKOZY FILLON JUPPE ET LE GENERAL PUGA
    Le 18 janvier, la petite ville d'Aguel'hoc est attaquée par les rebelles. L'assaut débute à 3 heures 30 du matin, les assaillants commencent par couper le réseau téléphonique, tandis qu'un groupe, dissimulé par les habitations de la ville progresse vers le camp militaire sans être vu. Ils trouvent une position favorable sur les toits d'où ils peuvent mitrailler le camp militaire. De plus, en périphérie de la ville, les enseignants et étudiants de l'Institut de formation des maîtres sont faits prisonniers, ceux-ci sont utilisés comme boucliers humains afin de se protéger d'éventuels raid aériens2.
    Cependant le premier jour, l'armée malienne repousse les forces indépendantistes et islamistes, elle effectue même quelques sorties avec des BRDM-2. Selon me ministère malien de la Défense, ce premier combat a fait 35 morts chez les assaillants. Les pertes de l'armée malienne sont d'un mort et 7 blessés7,8.
    Quant aux forces d'Ansar Dine, elles seraient dirigées par Abou Mohame, dit Cheikh Aoussa, le commandant en second du mouvement dirigé par Iyad Ag Ghali9. Selon un officier des services de renseignement du Mali, les assaillants sont commandés par le colonel déserteur Ibah ou M'Bam Ag Moussa, dit "Bamoussa"10.
    Le vendredi 20 janvier, un convoi de l'armée malienne venu renforcer la garnison d'Aguel'hoc est repoussé lors de la bataille d'In Emsal.
    Après quelques légères escarmouches, le 24 janvier, à cinq heures du matin, les rebelles lancent un deuxième assaut. À court de munitions, les militaires maliens se rendent. Mais ils sont massacrés le même jour, certains sont tués d'une balle à la tête, d'autres sont égorgés11.
    Le lendemain, la caserne est bombardée par l'aviation malienne12 et, venue de Kidal une nouvelle troupe malienne commandée par le colonel Ag Gamou fait route sur Aguel'hoc, soutenue par des hélicoptères Mil Mi-24. Les rebelles préfèrent se retirer et abandonnent la ville qui est reprise sans combat par les soldats maliens, 41 corps de militaires sont retrouvés dans des fosses communes dans un premier bilan11,2.



    LIRE CET ARTICLE DE 2012

    MARDI 18 DÉCEMBRE 2012


    Un premier hommage au capitaine Sékou Traoré. Il sera au panthéon des héros de la libération de l'Afrique. Victime et résistant contre l'attaque Sarkozy-Hollande-Qatar-Ancar Eddine contre le Mali, contre l'Afrique

    La plupart de ces articles sont anciens. Car la vérité sur ce qui s'est passé au Mali est soigneusement occultée par les médias. Il y a un complot des médias français contre les Africains. Ils ne disent que ce qu'ils veulent bien dire ou que ce qu'ils sont contraints de mettre en lumière.
    L'auteur de cet article victime d'une amende politique esclavagiste obtenue par un trucage de la loi française et un usage totalement farfelu de l'article 9 du code civil (un coup d'Etat fasciste est de la vie intime) est aux premières loges pour contempler les magouilles des fascistes esclavagistes.
    Le capitaine Sékou Traoré a payé de sa vie l'attaque du Qatar contre le Mali sur ordre de Sarkozy et l'accord de Hollande.
    La Révolution Africaine n'a pas fini de lui rendre hommage

    LES PHOTOS DES VICTIMES DU COMPLOT SARKOZY-HOLLANDE-QATAR
    LES ASSASSINS ONT ETE RECOMPENSES : ADMISSSION ACCELEREE DANS LA FRANCOPHONIE !

    Crise au Nord : Les photos du massacre d’Aguelhock

    Hommage au capitaine Sékou Traoré alias Bad et à tous ses hommes qui ont combattus les bandits armés, les mains vides.


    Bad et ses hommes ont préférés la mort plutôt qu’à l’abandon d’une partie du territoire national.

    Vous êtes de vrais héros, vous êtes morts pour une cause noble.
    Le peuple Malien tout entier se souviendra de vous

    De la Flash à l’EMIA de koulikoro ou je t’ai connu, de Sévaré au bataillon Para, de la chine à Aguel Hoc ou tu as rendu l’âme, à seulement une trentaine d’année de ta vie ! tu as toujours su t’imposer ton ardeur, ton courage et surtout ton amour pour la défense de l’intégrité du territoire national. Que Dieu est pitié de toi et de tes hommes.
    Séga Diarrah le 03 février 2012 pour maliactu.net


    2 NOVEMBRE 2012

    MALI : Massacre d’Aguelol-hoc - haut trahison de Président Amadou Toumani Touré

    Versión para impresiónSend by email
    Massacre d’Aguelol-hoc - Un rescapé mouille ATT
    Aliou Badara Diarra,
      
    La ville d’Aguelhok est contrôlée par le groupe armé islamiste Ansar Dine

    La ville d’Aguelhok est contrôlée par le groupe armé islamiste Ansar DineL’ami d’un capitaine se souvient. Il y a beaucoup de non-dits dans le massacre d’Aguel-Hoc qui a vu l’assassinat froid de 118 soldats de l’armée malienne sur place par les éléments du MNLA, en a fait partie le commandant de l’unité méhariste de la localité, le capitaine Sékou Traoré dit Bad, ancien leader estudiantin.
    Lui avait vu la mort venir, mais a préféré la défense de la patrie. Ce snipper hors pair victime d’un complot d’Etat de la part d’ATT, a confié ceci à sont ami  avant de mourir : « ce pays va fonctionner comme ça, mais si nous voulons, c’est à nous de changer l’ordre des choses. Restez ici,  je viendrai vous chercher » et fait référence avec sa conversation avec le général ATT sur le téléphone satellitaire des rebelles.
    SIX MOIS APRES CE MASSACRE, LA CHEF TERRORISTE NINA WALLET INTALOU OSE ECRIRE

    Le "bons sens" aurait voulu que le MNLA, qui est le seul mouvement à affronter les islamistes dans l'Azawad, soit soutenu et aidé par l'ensemble des Etats qui luttent contre le terrorisme. Au lieu de cela, à notre grande surprise, les résolutions de l'ONU ne font aucune injonction aux divers groupes terroristes qui occupent notre territoire. Mieux encore, malgré l'historique macabre des années de massacres des populations touarègues par le Mali, les Nations Unies exhortent le MNLA à renoncer à l'indépendance de l'Azawad et occultent le droits des peuples à disposer d'eux-mêmes, alors-même que nous réunissons toutes les conditions requises à son application.(signature Nina Wallet Intalou, membre de l'Exécutif du MNLA)
    La terroriste, alliée dans son groupe narco-trafiquants aux jihadistes Ansardine, Mujao, AQMI inflige une défaite qui expulse du Nord Mali l'armée malienne et vient se plaindre en juillet 2012 que les jihadistes s'en prennent aux femmes de son groupe terroriste MNLA......!!!

    EN AVRIL 2012 JUPPE QUI AVAIT ORGANISE AVEC SARKOZY FILLON ET LE GENERAL PUGA L'ATTAQUE TERRORISTE MNLA ANSARDINE AQMI (cf TEMOIGNAGE HAMA AG MAHMOUD) PROCLAME AVEC UNE HYPOCRISIE ABSOLUE SON SOUHAIT D'INTERVENIR AU MALI
    Alain Juppé : La situation est très préoccupante, je dirais même dramatique. Et c’est la raison pour laquelle, lorsque je suis allé à Dakar il y a 48 heures, j’ai participé au sommet des chefs d’Etat de la Cédéao, la Communauté des Etats d’Afrique de l’Ouest. Et la Cédéao s’est fortement engagée sur deux plans. D’abord le plan politique pour obtenir le retrait de la junte militaire et le rétablissement de l’ordre constitutionnel afin que le processus électoral puisse s’engager. Blaise Compaoré, le président du Burkina Faso, a été chargé de cette médiation qui progresse à l’heure actuelle même si elle est difficile. Puis, deuxièmement, il y a le volet militaire qui est complexe parce qu’il y a deux tendances si je puis dire ou deux mouvements dans le Nord du Mali. D’abord le MNLA, le Mouvement national de libération de l'Azawad, dont l’objectif est l’autonomie voire la séparation d’Azawad, zone dont ils ont aujourd’hui quasiment le contrôle ; et puis, il y a Ansar Dine qui est infiltré par al-Qaïda en réalité et dont l’objectif est différent qui est d’instaurer un régime islamique sur l’ensemble du Mali et au-delà sur la zone sahélienne. Les chefs d’Etat ont donc décidé de préparer l’intervention de la force en attente de la Cédéao qui est composée de deux bataillons, à peu près 3 000 hommes. La France a indiqué qu’elle était prête à assurer la logistique de cette force de façon à stopper les combats et à rétablir l’ordre. Vous avez peut-être noté que le MNLA vient d’annoncer qu’il cessait ses opérations puisqu’il avait atteint ses objectifs. (RFI)





    MNLA et ANSARDINE AVAIENT ANNONCE LEUR FUSION

    Le 26 mai 2012, après trois semaines de négociations à Gao, le MNLA annonce sa fusion avec le groupe islamiste Ançar dine. Les deux mouvements annoncent être parvenus à un accord pour déclarer l'Azawad État indépendant. Ils doivent par ailleurs constituer une armée commune chargée de sécuriser le territoire pour le peuple de l'Azawad « dans toute sa diversité ». L'éventuelle soumission des peuples de l'Azawad à l'application de la charia sera incertaine, et si oui dans quels termes juridiques, politiques et sociaux, dans le cadre d'un État déclaré islamique désormais, et non plus laïc. (source)
    C'est quand le Qatar a mis la pression pour éjecter les terroristes narco-trafiquants du gang de Nina Wallet Intallou que le MNLA a pris une raclée militaire par MUJAO-AQMI-Ansardine alliés soudainement contre...... les femmes du MNLA......
    ..... qui coururent chercher CIA et DGSE tout en se réfugiant à Ouagadougou chez Blaise Compaoré le parrain régional du terrorisme...


    HOLLANDE ET FEKL FAISANT PATRONAGE DU RECYCLAGE DES ASSASSINS AGUEL HOC




    Sous le Haut Patronage de Monsieur François Hollande,
    Président de la République Française
    Le premier Forum Jeunesse et Entrepreneuriat Afrique & France
    réunit décideurs publics et privés, jeunes, médias, diasporas,
    entrepreneurs, start upers et entreprises, réseaux d’éducation-
    formation, patronats africains et leurs parties prenantes
    Afrique-France.
    Hébergé au siège du MEDEF à Paris, le forum aborde sur deux
    jours les grands enjeux, opportunités et actions en cours à
    travers une série de plénières, conférences et keynotes. En
    parallèle, des workshops sont organisés afin de favoriser le
    networking et le développement de synergies entre les acteurs.



    LE BUT C'EST DE'INTRONISER LA CHEF TERRORISTE
    18h30 - Plénière
    L’entrepreneuriat culturel : pépites d’Afrique
    Artistes, designers, créateurs, artisans… Leur dynamisme est une marque de
    fabrique de l’Afrique. Porteurs de traditions et d’innovation, tous connectés, ils
    développent de nouveaux business models. Une richesse qui force l’exemple et
    symbolise les opportunités à saisir.
    Intervenants :
    • Elvis Adidiema, rédacteur en chef de TRACE
    • Maguette Mbow, cofondateur de L’Afrique c’est chic
    • Fati Niang, présidente de Black Spoon
    • Nina Wallet Intalou, ministre du Tourisme et de l’Artisanat du Mali
    Animateur : Thierry Barbaut, responsable stratégie numérique pour l’ONG Agence
    des Micro Projets et directeur de rédaction d’Info-Afrique.com




    FEKL A BAMAKO INTRONISE SA COMPLICE CRIMINEL DE AGUEL HOC

    18h15 - Keynote
    Bamako, janvier 2017
    Forum de la Jeunesse ; Forum économique ; 27e Sommet Afrique-France au Mali.
    Etat des lieux et perspectives, la force de la relation entre la France et le continent
    africain.
    • Matthias Fekl, Secrétaire d’État chargé du Commerce extérieur, de la promotion
    du Tourisme et des Français de l’étranger - France
    Animateur : Elé Asu, Canal Plus

    LA CHEF TERRORISTE EST "SON EXCELLENCE"

    Exposition Artisanats du Mali
    Tout au long du Forum AGYP, le Comité National d’Organisation du Sommet
    Afrique-France (CNOSAF), en partenariat avec l’Organisation Internationale de
    la Francophonie (OIF), vous accueille à la découverte de l’exposition Artisanats
    du Mali, au siège de l’OIF, à 200 mètres du MEDEF au : 19-21 Avenue Bosquet,
    75007 Paris.
    Son Excellence Nina Walett Intallou, ministre de l’Artisanat et du Tourisme du Mali
    et Abdoullah Coulibaly, président du CNOSAF, vous convient également à une
    visite de l’exposition le mercredi 7 décembre 2016 à 13h00.
    Dédicaces (stand AGYP powered by MEDEF)






    L'ARTICLE ORIGINAL EL PAIS








    Nina Wallet Intalou, la rebelde tuareg











    El salón está decorado de manera austera. Una gran alfombra en el suelo, un televisor siempre sintonizado con el informativo de France24 en un rincón y un cuadro con una sura del Corán apoyado en la pared que atrae mi atención. En la esquina opuesta, hay una mujer vestida con una melfa color turquesa rodeada de un pequeño ordenador portátil y tres teléfonos móviles. Cuando me ve entrar, se levanta con una franca sonrisa, me saluda dándome la mano y me invita a sentarme. “El cuadro lo acabo de comprar, lo colgaré un día de estos”, me dice, divertida por mi curiosidad. Es Nina Wallet Intalou, la única mujer miembro del Consejo Político del Movimiento Nacional de Liberación del Azawad (MNLA), el grupo armado que el pasado 17 de enero, hace ahora casi un año, inició una revuelta que acabó por desestabilizar a todo Malí.



    ===================




    ============
    Nina Wallet Intalou, miembro del Consejo Político del MNLA. / Foto: J. Naranjo
    Estamos en Nuakchot, la capital de Mauritania. Hasta aquí se trasladó Intalou hace ya algunos meses con parte de su familia en busca de un poco de seguridad para ella y sus hijos, consciente de que en Bamako, donde residía, podía sufrir algún tipo de ataque. Suena uno de los teléfonos. Una de sus tareas es la de coordinar los movimientos de las unidades del MNLA que están sobre el terreno. Habla unos minutos en árabe con voz autoritaria y luego cuelga. Me mira y la sonrisa vuelve a aparecer. “Disculpa, llevamos doce horas intentando localizar al grupo de Mohamed Ag Najim” (se refiere al jefe militar del MNLA). “¿Está en el norte de Malí?”, le pregunto. “Está en el Azawad, siempre ha estado allí”, responde de manera enigmática.
    Nina Wallet Intalou nació en 1963 en Kidal y es tuareg por todos los costados, miembro de la poderosa tribu de los Idnane. Implicada desde muy joven en la lucha de su pueblo por tener un estado propio, con solo 20 años se fue a Costa de Marfil para sensibilizar a otros países africanos en la causa tuareg. En Abidjan, esta licenciada en Derecho contrajo matrimonio con un rico hombre de negocios y se convirtió, a su vez, en empresaria, poniéndose al frente de una compañía de construcción con 250 asalariados. En cierta forma, Nina Wallet Intalou simboliza el potente rol que las mujeres desempeñan en la cultura tuareg. Tras divorciarse, regresó a Kidal, donde en 1997 es elegida alcaldesa. Sin embargo, nunca llegó a ocupar su puesto porque las presiones del incipiente islamismo radical que se estaba instalando en la región y que no podía consentir que una mujer ocupara un puesto de tal responsabilidad se lo impidieron.
    Ya entonces percibió con total nitidez que esa suerte de yijadismo que empezaba a llegar a su región natal procedente de tierras lejanas no tenía nada que ver con su tradición o con su forma de entender la religión islámica. “Los tuaregs estamos muy apegados a nuestras costumbres y toda nuestra cultura reposa sobre la mujer, que es muy libre de hacer lo que quiera y vestir como quiera. Vivimos un Islam tolerante y abierto”, asegura.
    El 17 de enero de 2011, hace un año, estalló la enésima rebelión tuareg, la última de una larga serie de levantamientos que comenzaron en la época del colonialismo francés, se repitieron en los años sesenta, tras la creación del estado de Malí, y volvieron a estallar en las dos últimas décadas. “De repente”, explica, “la generación de mis padres vio cómo llegaba gente del sur para administrar nuestra tierra, nuestros recursos y nuestra forma de vida. Y, como habían hecho sus abuelos y hacemos ahora nosotros, dijeron no y se levantaron en armas”, asegura Nina Wallet Intalou, quien no dudó ni un instante en dar un paso al frente cuando en noviembre de 2011, junto a un puñado de jefes tribales y su amigo Mohamed Ag Najim, quien formó parte del Ejército de Gadafi en Libia, participó en la creación del MNLA.
















    Rebeldes tuaregs en el norte de Malí / Foto: Reuters
    La primera ciudad en caer fue Ménaka, el 17 de enero, luego vendrían Aguelhoc, Anderamboukane, Tessalit... Sin embargo, los rebeldes no estaban solos. Un grupo armado también tuareg, pero de ideología islamista radical, aprovechó el empuje del levantamiento para situarse en el confuso escenario. Se trataba de Ansar Dine (Defensores de la Fe). Al frente, el histórico líder tuareg Iyad Ag Ghalique lideró las revueltas de los años noventa. “Yo trabajé a sus órdenes entonces. Era alguien en quien en su momento confiábamos y cuando nació el MNLA, pidió ser secretario general del movimiento. Pero la mayoría lo rechazó por su mala gestión de los acuerdos de paz de los noventa y sus vínculos cada vez más estrechos con Al Qaeda del Magreb Islámic (AQMI)”, asegura Wallet Intalou, quien añade que “los notables le pidieron que se integrara en el MNLA como un jefe militar más o que se retirara, pero él dijo que no, que iba a crear un movimiento armado propio. Así nació Ansar Dine”.
    La líder tuareg insiste en que “en realidad nunca estuvimos juntos. Cada vez que tomábamos una ciudad, llegaban ellos y se instalaban. Pero les dejamos hacer, eran tuaregs como nosotros. Sin embargo, pronto nos dimos cuenta de cuál era su estrategia: llegaban a las ciudades y corrompían a la gente con el dinero de AQMI para que ingresaran en sus filas, para que les permitieran instalarse allí. Ansar Dine es la correa de transmisión de los yijadistas, es la llave que les ha permitido controlar toda la zona. Ha sido una enorme traición de Iyad Ag Ghali a su propio pueblo”.
    Durante dos meses, el empuje combinado de rebeldes tuaregs y de Ansar Dine logró hacer retroceder al Ejército de Malí, que, a finales de marzo, perdió definitivamente el control sobre este vasto territorio cuando, en un solo fin de semana, cayeron las tres principales ciudades del norte del país, Kidal, Gao y Tombuctú. El Ejército maliense, desconcertado tras el golpe de estado del 21 de marzo en Bamako, huía en desbandada hacia el sur y se instalaba en las cercanías de Mopti. Pocos días después, el MNLA proclamaba de manera unilateral la independencia del Azawad. Sin embargo, las desavenencias con Ansar Dine y sus aliados terroristas de AQMI y el Movimiento por la Unicidad de la Yijad en África del Oeste (Muyao) surgieron pronto. Y Nina Wallet Intalou, que había sido nombrada responsable de la Mujer y la Familia del gobierno provisional del Azawad, volvió a dar un paso al frente.
    Las mujeres tuareg empezaron a ver cómo los recién llegados pretendían aplicar una visión estrecha y radical de la ley islámica o sharia que incluía, entre otras medidas, la obligación de llevar velo o la prohibición de hablar con un desconocido por la calle, fumar o conducir una motocicleta. Y en Kidal se produjo la primera reacción. El 5 de junio de 2012, las mujeres se echaron a la calle en claro desafío a los islamistas radicales. Y estos respondieron a golpes. Nina Wallet Intalou lideró entonces, desde la distancia, la respuesta a estos actos de violencia. “Lo que ha pasado hoy en Kidal no había ocurrido nunca. Jamás habíamos visto a mujeres golpeadas como hoy porque en la cultura tuareg esto no se puede hacer, incluso si una mujer es golpeada por su marido, esto implica directamente el divorcio. Pero es peor aún, porque estas mujeres se manifestaban hoy por su libertad y los hombres las han golpeado como se golpea a los animales”, dijo entonces Intalou, quien además encabezó la corriente dentro del MNLA para que su movimiento rompiera lazos de manera definitiva con los salafistas.
    No tuvo que pasar mucho tiempo. Por más que ambos grupos estuvieran formados por tuaregs, la visión independentista y laica del MNLA no podía convivir mucho tiempo con el yijadismo radical de Ansar Dine y sus socios AQMI y Muyao. A finales de junio, Gao fue el escenario de violentos enfrentamientos entre unos y otros que se saldaron con la derrota de los rebeles tuaregs que se vieron obligados a dispersarse por el norte de Malí o a huir hasta la vecina Burkina Faso. “Tenemos la voluntad y la capacidad para atacar y defendernos, pero Ansar Dine y sus aliados tienen medios y armamento más sofisticados. Se les ha unido mucha gente, egipcios, tunecinos, argelinos, chadianos, nigerianos…”, explica Intalou.
    Desde julio, tras la derrota militar del MNLA, la aplicación de la sharia se ha hecho más patente: lapidación de una pareja en Aguelhoc por tener hijos sin estar casados, amputación de manos y pies por robar, latigazos por fumar, beber alcohol o adulterio y todo un entramado de prohibiciones (escuchar música, jugar al fútbol, ver la televisión, tocar a alguien de distinto sexo, etc) de las que las mujeres salen las peor paradas. “Están consiguiendo convertir el Azawad en un infierno para la mujer. Eso es lo que la comunidad internacional debe entender, que mientras no se produzca una reacción y expulsemos a todos esos yijadistas de nuestra tierra, no habrá descanso, seguiremos en lucha. Nunca nos sentaremos a negociar con esta gente, nunca”, añade.
    La líder tuareg defiende que se produzca una intervención de la ONU para expulsar a los terroristas de AQMI y Muyao. “No queremos que vuelva el Ejército de Malí o una fuerza militar de la Cedeao porque van a disparar contra todo el que tenga la piel blanca, va a ser una masacre. Que lo haga la ONU, nosotros estaremos con ellos para expulsar a todos aquellos que quieren imponer una ley y una religión extraña a nuestro país. Pero luego hay que arreglar el problema tuareg, tiene que reconocerse nuestro derecho a la autodeterminación, que Malí se convierta en una federación o que se nos dé una amplia autonomía. Es lo justo”, explica.
    Sin embargo, sobre los rebeldes tuaregs también recae la sospecha de abusos y actos violentos contra la población civil, tal y como aseguran recientes informes de Amnistía Internacional y Human Rights Watch. “No estamos de acuerdo con esos informes, no se han producido investigaciones sobre el terreno. No tenemos miedo de una investigación, no hemos llevado a cabo violaciones ni ejecuciones. Para hacer esos estudios han preguntado a los tuaregs que están en Bamako y casi todos están con Malí y contra nosotros, no son imparciales. Los investigadores deben ir al terreno, a Kidal, a Gao y a Tombuctú para preguntar”, se defiende.
















    Refugiados tuaregs en M'bera. / Foto: Intersos.
    Mientras el conflicto de Malí aguarda por una solución, Nina Wallet Intalou no descansa ni un instante desde su exilio en Nuakchot. Acaba de regresar de los campamentos de M’bera, al sur de Mauritania, donde decenas de miles de refugiados del norte de Malí esperan también poder volver a su país. “En M’bera la situación es terrible, la ayuda humanitaria llega con cuentagotas y hay familias enteras expulsadas de sus hogares con lo mínimo”. Sus opiniones son controvertidas y pertenece a un movimiento rebelde en el ojo del huracán por haber desencadenado el conflicto que hoy sacude a Malí. Pero Nina Wallet Intalou, que fue definida por un negociador maliense como “el hombre fuerte” del MNLA, no cede ni un ápice en sus posiciones, las mismas que ha defendido toda su vida. “No pararemos hasta que seamos libres en nuestra propia tierra, tanto los hombres como las mujeres, y no permitiremos que venga nadie a golpearnos, educarnos o decirnos cómo debemos vivir”.