Subscribe in a reader

Pages vues depuis décembre 2009

lundi 16 mai 2011

Visite du fasciste putschiste Alassane Ouattara au meurtrier Blaise Compaoré. Après Abdoulaye Wade, une tournée des KAPOS larbins de la France à fric ! OUATTARA DEGAGE ! COMPAORE DEGAGE ! WADE DEGAGE !

Alassane Ouattara vient du FMI !
Cela pourrait suffire à la caractériser de gangster au service de la bourgeoisie esclavagiste.
Mais ses exploits FMI allaient de pair à ses autres exploits ivoiriens.
Au 20° siècle il écrabouilla le peuple pauvre en tant que premier ministre.
Depuis presque dix années, il participe au Coup d'Etat permanent contre la Côte d'Ivoire - la guerre de basse intensité.
Il vient de remporter la victoire.
Non pas le 16 décembre 2010. Il fallut trois mois de sabotages par les futurs traitres pro-Gabgbo de la formoisie devenus anti-Gbagbo au son des euros france à fricain !
Les Philippe Mangou et autres Mamadou Koulibaly !
Philippe Mangou, né le 26 janvier 1952 à Abidjan, est un général de corps d'armée ivoirien, chef d'état-major des armées.
En décembre 2010, il prête serment d'allégeance envers Laurent Gbagbo6, à l'issue de sa réélection contestée face à Alassane Ouattara.
Cette situation finit par déboucher sur une reprise des combats entre l'armée régulière ivoirienne et les forces pro-Ouattara. Ces dernières prenant rapidement le dessus, conquièrent le reste du pays en quelques jours. Abidjan étant encerclé le 31 mars 2011, Mangou se réfugie alors à l'ambassade d'Afrique du Sud avec son épouse et ses cinq enfants et la nouvelle de sa défection se répand7.
Cependant, une rencontre est organisée le 3 avril avec Laurent Gbagbo, et Philippe Mangou réintègre les rangs de l'Armée ivoirienne aux côtés de son mentor8.
Néanmoins, le 12 avril, lendemain de l'arrestation de Laurent Gbagbo et de sa famille9, il change de camp et fait allégeance au président élu Alassane Ouattara10.



Alassane Ouattara: « je ne suis pas homme à chercher à me venger »

Laurent Gbagbo et Alassane Ouattara
Alassane Ouattara: "je ne suis pas homme à chercher à me venger"
DAKAR- Le président ivoirien Alassane Ouattara a affirmé vendredi qu’il ne chercherait pas « à se venger » du président déchu Laurent Gbagbo et de ses partisans qui avaient refusé de reconnaître sa victoire à la présidentielle de 2010, plongeant la Côte d’Ivoire dans des violences.« Je ne suis pas homme à chercher à me venger », a déclaré M. Ouattara lors d’une conférence de presse à Dakar, aux côtés de son hôte et homologue sénégalais, Abdoulaye Wade.
« Mon coeur est rempli d’amour et non pas de haine », a-t-il ajouté, reprenant une phrase d’un de ses prédécesseurs, Félix Houphouët Boigny, premier président ivoirien (1960-1993).
Selon lui, « la vie politique est ainsi faite qu’on peut avoir à souffrir de certaines situations et même se sentir humilié et révolté à l’occasion de certaines choses, mais ce n’est pas pour cela qu’il faut vouloir prendre une revanche quelconque ».
« Je suis le président de tous les Ivoiriens, les bons comme les mauvais, entre guillemets, et par conséquent mon devoir est de faire en sorte que les Ivoiriens se rassemblent et que nous puissions véritablement construire cette réconciliation », a-t-il ajouté.
Il a reconnu que « ce n’est pas chose facile en raison de ce que nous avons vécu tous ». Mais, « je pense, et je ne suis pas le seul, que que nous allons y arriver parce qu’il y a une volonté commune de sortir de cette situation et faire en sorte que par l’état de droit, par des institutions fortes, nous ne soyons plus dans cette situation de répéter ces erreurs du passé ».
« Plus jamais ça, plus jamais ce que nous avons vécu », a-t-il affirmé.
Les violences qui ont suivi le 2ème tour de la présidentielle du 28 novembre 2010 entre les partisans de Laurent Gbagbo et ceux d’Alassane Ouattara ont fait quelque 3.000 morts et environ un million de personnes déplacées et réfugiées.
M. Gbagbo a été arrêté le 11 avril par les forces pro-Ouattara avec le soutien décisif des troupes de l’ONU et de la France.


"MANGEONS ENSEMBLE DANS L'ASSIETTE DU PAYSAN AFRICAIN !! "se disent les harkis kapos !
J'écrivais sur Facebook
Ce n'est qu'un PANTIN FASCISTE de la bourgeoisie esclavagiste mondiale qui TENTE D'AMADOUER LES TRAITRES HARKIS DU FPI qui accepteraient de TOURNER CASAQUE !
Il s'agit pour la BOURGEOISIE de lancer un MESSAGE en DIRECTION DE LA FORMOISIE !
C'est le sens de la déclaration de Ouattara : "MANGEONS ENSEMBLE DANS L'ASSIETTE DU PAYSAN AFRICAIN !"


Vendredi, le fasciste rendait visite à Abdoulaye Wade, et ce lundi, c'est à l'assassin de Thomas Sankara qu'il rendait sa visite de remerciements.
Entre pantins fascistes de la France et des USA, qui se ressemble s'assemble !


Sur abidjannet
Politique
Visite de remerciement d`Alassane Ouattara au Burkina faso
Publié le lundi 16 mai 2011   |  AFP


La Côte d'Ivoire doit au président burkinabè Blaise Compaoré, qui fut facilitateur dans la crise dans ce pays, "l'aboutissement" de son processus électoral, a affirmé lundi le président ivoirien Alassane Ouattara, en visite d'une journée au Burkina Faso.
"Je suis à Ouagadougou pour mon voir mon frère et ami le président Blaise Compaoré, pour le saluer pour tout ce qu'il a fait pour nous, Ivoiriens, à l'occasion de ces difficultés que nous avons vécues ces dernières années", a déclaré M. Ouattara à la presse à son arrivée.
S'adressant à M. Compaoré, il a poursuivi: "Je voudrais vous saluer non seulement pour votre contribution mais surtout pour votre grande patience parce que je suis bien placé, avec" l'ancien "président Henri Konan" Bédié "et le Premier ministre Guillaume Soro, pour savoir que ce n'était pas tâche facile".
"Vous avez discrètement mais fermement contribué à faire en sorte que nous puissions arriver à des élections démocratiques et transparentes" en novembre dernier, "je pense très sincèrement que nous vous devons l'aboutissement de ce processus électoral", a-t-il ajouté.
En 2007, M. Compaoré était devenu contre toute attente "facilitateur" dans la crise ivoirienne après avoir été accusé par les partisans de Laurent Gbagbo, alors au pouvoir, d'être le parrain de la rébellion politico-militaire de 2002 qui a divisé la Côte d'Ivoire.
Les négociations avaient abouti à la signature en mars 2007 de "l'accord de Ouagadougou" par les camps du président aujourd'hui déchu Laurent Gbagbo et de Guillaume Soro, alors chef de la rébellion.
"Tout le monde connaît la place de l'accord de Ouagadougou dans le
processus de paix (et) le processus électoral en Côte d'Ivoire", a affirmé
Alassane Ouattara, exhortant M. Compaoré à demeurer aux côtés des Ivoiriens.
"Nous n'avons pas terminé la mission que nous nous sommes assignée
ensemble. Dans les mois à venir, nous aurons des élections législatives",
a-t-il souligné.


 Il est préférable de lire les écrits de Thomas Sankara !

vendredi 13 mai 2011


Thomas Sankara et les classes sociales au Burkina Faso : une étude néo-marxiste et post-marxiste en rapport avec son discours d’orientation politique du 2 octobre 1983 (3/x


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire